Accès directs


Histoire de la famille Fouqueteau de Mortier

Image associée à l'article

Préambule

La famille Fouqueteau ou Foucqueteau est originaire de Montamisé, ses membres ont longtemps figuré dans l’échevinage de Poitiers aux 17° et 18°siècles. Elle s’est éteinte vers le milieu du 19°siècle.

Au 17°siècle, les Fouqueteau sont seigneurs de Mortier jusqu’à la Révolution où le dernier représentant ayant servit dans les armées vendéennes, verra son manoir et ses terres confisqués et vendus comme biens nationaux.

Nous verrons l’origine de cette famille, en suivant la descendance directe depuis le 16°siècle jusqu’à la Révolution.

           

Une vieille famille de la noblesse du Poitou

L’ancêtre le plus ancien que nous connaissons est Pierre Fouqueteau, « paroissien de Montamisé », il épousa le 19 septembre 1576, Jeanne Melloreau, dont il eut :

Pierre Fouqueteau, apothicaire, consul des marchands de Poitiers en 1609 et 1617, il épousa le 9 novembre 1605, Marguerite Dejan, fille de Jacques, peintre du Roi à Poitiers et d’Anne Mervache dont il eut :

Pierre Fouqueteau, seigneur de Mortier, La Grimouardière à Montamisé. Il prêta serment comme docteur en la faculté de médecine de Poitiers le 24 janvier 1641, fut nommé régent en cette faculté le 15 juin 1683 et mourut en 1700. Il fit hommage à la Tour Maubergeon le 5 avril 1689 pour le fief de la Grimouardière, situé près de Mortier et épousa à Poitiers le 20 janvier 1659 Florence Ragonneau, fille de Jean, seigneur de Boisdorin, avocat à Mirebeau, et de Florence Bottereau dont il eut :

Charles Fouqueteau, écuyer, seigneur de Mortier, avocat au parlement, il fut échevin de Poitiers en 1690, rendit aveu à la Tour Maubergeon le 7 février 1691 pour le fief de la Grimouardière et fit enregistrer son blason à l’armorial de 1698. Il déclara « vouloir vivre noblement » en décembre 1719 et son fils fit le même jour la même déclaration. Il fut inhumé le 18 octobre 1740 à Poitiers, paroisse St Cybard. D’abord marié le 6 janvier 1683 à Marie Anne Geneviève Richard, fille de Pierre seigneur de Tussac et de Marguerite Detouche ; puis remarié le 26 août 1705 à Jeanne Levasseur, veuve de Louis Girard, seigneur de Richebon, échevin de Poitiers. Il eut de son premier mariage :

Pierre Charles Fouqueteau, écuyer, seigneur de Mortier, La Grimouardière, conseiller du Roi, échevin de Poitiers. Il est né le 22 décembre 1686 à Poitiers, paroisse Ste Opportune. Il fut inhumé à Poitiers paroisse de St Cybard le 2 février 1760. Il avait épousé le 11 décembre 1718 Marie Radegonde Chauvet, fille de Jean, écuyer, seigneur du Theil et de Marie Ogeron, puis en seconde noces le 10 avril 1741 à Poitiers Ste Opportune, Marie Madeleine Roux, veuve de Pierre Braud, avocat. Il eut de son premier mariage :

Charles René Fouqueteau, écuyer, seigneur de Mortier, échevin de Poitiers. Il est né le 6 février 1723 à Poitiers, paroisse St Hilaire le Grand. Sa veuve au nom de son fils mineur fait hommage le 23 août 1764,  du fief de la Grimouardière à la Tour Maubergeon . Il fut inhumé dans l’église St Savin de Poitiers le 17 mars 1751. Il avait épousé, le 4 février 1749 à Poitiers, paroisse St Savin, Louise Drouault (1), fille de Louis Aymé Félicité, procureur et de Louise Duvignon. Elle mourut le 20 vendémiaire an XIII (13 octobre 1803), après avoir eu beaucoup à souffrir pendant la Révolution. De cette union vint :

Charles Aymé Fouqueteau de Mortier, écuyer, seigneur de Mortiers et la Grimouardière, né le 17 novembre 1749 à Poitiers, St Cybard. Il fut reçu président trésorier de France au bureau des finances de Poitoirs le 29 août 1781. Il se maria le 20 juillet 1778 à Saumur avec Jeanne Françoise Du Châtel(2), fille de Jacques François, écuyer, seigneur de la Martinière, Bouillé-St Paul etc., et de Françoise Thomas des Touches. Il est décédé le 1 décembre 1816 à 12h en sa maison, rue des hautes treilles à Poitiers, paroisse St Hilaire. De ce mariage naîtront trois filles :

     - Louise Sophie Fouqueteau de Mortiers (1779-1787)
     -  Agathe Emilie Fouqueteau de Mortiers (1781-1825) mariée le 1er floréal an V (20 avril 1797) avec René-François , baron de La Marque (1778-1850)
     -  Clotilde Aimée Fouqueteau de Mortiers (1789-1845) mariée le 10 décembre 1804 avec Nicolas Gueniveau de la Raye, lieutenant de louveterie des Deux-Sèvres.

Pendant la Révolution, il servit dans les armées vendéennes, son domaine de Mortier sera saisi comme bien national, puis vendu les 12 prairial an II (31 mai 1794) et 6 ventôse an III (24 février 1795). Il est acheté pour moitié par Jean-Joseph Pavie aîné, négociant à Poitiers, époux de Rose-Madeleine Parthenay et pour une autre moitié par Pierre Boisson, architecte à Poitiers, époux de Radegonde-Elisabeth Pavie (peut-être le beau-frère du premier).

Pavie va racheter sa moitié à Pierre Boisson le 23 décembre 1807, et  revendra le tout en 1827 à Jean-Baptiste Honoré Belliard époux d’Hélène-Laure Pavie (probablement son parent) et propriétaire à Poitiers. On fait affaire en famille… ce Belliard deviendra le 26 septembre 1830, Maire de Montamisé nommé par le Préfet.

         

Blason : L’armorial du Poitou de 1698 dit : « d’azur à 9 glands d’or posés 4, 3 et 2, les tiges en haut ».

     

Note sur Louise Drouault :

Baptisée paroisse Saint-Hilaire de la Celle le 11-8-1716, dame Louise Suzanne Drouault avait 50 ans lorsqu’elle devint marraine de la cloche de l’église Saint-Savin de Poitiers. Elle était la fille d’Aimé Drouault, procureur au siège présidial de Poitiers et l’un des 75 bourgeois de l’Hôtel de ville, et de Louise Duvignon. Le 4-2-1749, elle épousa dans la paroisse Saint-Savin de Poitiers maître Charles-René Fouqueteau des Mortiers, licencié ès lois, fils de Pierre-Charles Fouqueteau des Mortiers, conseiller du roi et premier échevin de la ville de Poitiers, et de Marie-Radegonde Chauvet.
Louise Drouault devint veuve au bout de deux ans de mariage : son époux, qui exerçait alors les fonctions de conseiller du roi et d’échevin, mourut en effet le 17-3-1751 à l’âge de 30 ans. Il fut enseveli à l’intérieur de l’église Saint-Savin en présence du maire de Poitiers et de tout le conseil municipal. Quatre mois plus tard, le 14-7-1751, Louise Drouault accouchait d’une fille, Louise Florence Radegonde, née dans la paroisse Saint-Savin de Poitiers.
Louise Drouault vécut jusqu’à 87 ans et mourut à Poitiers, section du Parc le 19-10-1803.

(Source : site internet : « milleansabouhet.pagesperso-orange.fr »)

Louise Drouault est également la marraine de la cloche de 1769 de l’église de Montamisé (Cloche classée au titre objet le 17 février 1938).

       

Note sur Gaspard-Séverin Du Châtel ou Duchastel :

Jeanne Françoise Du Châtel épouse de Charles Aimé Fouqueteau de Mortier est la sœur de Gaspard-Séverin Duchastel.

« Celui-ci est né à Cersay (Deux-Sèvres), le 20 février et baptisé le 23 février 1766 et il est mort guillotiné le 31 octobre1793, place de la Révolution, à Paris. Fils et beau-frère de présidents trésoriers de France au bureau des finances de Poitiers, né dans un château, écuyer, Gaspard Séverin du Châtel est admis dans les gardes du corps du roi en 1786 et est seigneur de différents lieux avant 1789. Mais, après la nuit du 4 août, il se fait appeler Duchastel et se dit fermier. Révolutionnaire modéré, il devient l’un des administrateurs des Deux-Sèvres et le chef de légion des gardes nationaux de Thouars avec lesquels il combat les Vendéens. Il est élu député des Deux-Sèvres, à la Convention nationale. Mais, il choisit d’être l’un des députés girondins et ose venir voter contre la mort du roi Louis XVI de France, bien que très malade. En partie de ce fait, il est guillotiné au début de la Terreur avec d’autres chefs girondins. » (Source : « fr.academic.ru/dic. »).

          

Sources :

  • Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou de H Beauchet-Filleau
  • Inventaire du patrimoine de la CAP, Yannis Suire, 2006.
  • AD 86 archives numérisées en ligne, Etat-Civil.

          

Montamisé, le 7 février 2014

Article de Jean-François LIANDIER