Accès directs


Histoire de la Poste à Montamisé

Image associée à l'article

L’ancienne Poste

L’ouverture d’un bureau de poste à Montamisé ne fut pas chose facile, dès le 11 août 1912, le conseil municipal demande la création d’un poste de facteur receveur municipal.

Il faut attendre le 12 juillet 1914 pour que le conseil autorise le Maire à acheter la maison de M. Louis Chabanne (sise aujourd’hui au 2 Rue de l’Ancien Porche), propriétaire et époux de Victorine Jallais, pour la somme de 5600 F, plus 1400 F de réparations, modifications et frais d’enregistrement. C’est donc une somme de 7000 F qui est nécessaire pour cet achat, le conseil demande l’autorisation au Préfet de faire un emprunt sur 30 ans auprès du Crédit Foncier.

Le Directeur départemental des Postes et des Télégraphes donne un avis favorable, un projet de bail est établi et accepté le 31 juillet 1914 pour un montant du loyer de 200 F par an. L’affaire semble bien engagée, reste l’acte de vente à signer. Mais le 1er août 1914, c’est la mobilisation générale, puis le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France. La Grande Guerre va durer quatre longues années…

Célestin Bernard adjoint, faisant fonction de Maire pendant la durée du conflit, décide avec son conseil d’ajourner la question du bureau de poste, en accord avec le Préfet, jusqu’à la fin des hostilités.

Le 10 novembre 1918, Célestin Bernard indique au conseil que la maison de M. Chabanne où doit être installé le bureau de poste est toujours à disposition de la commune pour le prix de 5600 F mais M. Chabanne demande une indemnité de 200 F en dédommagement, l’immeuble ayant été vacant depuis 1914. Les dépenses à faire pour l’aménagement du bureau s’élèvent à 2364 F. Nous en sommes maintenant à une dépense totale de 7964 F, lourde charge pour notre petite commune, trois souscripteurs s’inscrivent généreusement et mettent à la disposition de la commune les frais d’installation du bureau : le comte Louis de Murard pour 1500 F, René Brouillet pour 100 F et Henri Ballu pour 50 F. Le conseil demande au Préfet l’autorisation de contracter un emprunt de 6000 F au Crédit Foncier sur 30 ans.

Enfin par acte passé devant Me Sibilleau, notaire à St Georges les Baillargeaux, le 25 mai 1919, la commune de Montamisé représentée par Célestin Bernard, adjoint faisant fonction de Maire, et autorisée par un arrêté du Préfet en date du 14 mars 1919, acquière la maison de M. Louis Chabanne.

Le 10 décembre 1919 Alexandre Messy est élu Maire de Montamisé avec Auguste Girault comme adjoint, la nouvelle équipe va prendre le relais car il reste encore à régler l’acquisition d’un jardin pour le facteur-receveur comme cela est prévu au bail.

Le 8 mars 1925, le conseil décide l’achat d’un terrain de 10 ares 40 ca, appartenant à M. Eugène Maître, situé près du bourg pour en faire le jardin du facteur-receveur M. Martin, au prix de 342 F frais en plus.

La nouvelle poste

Le 19 juin 1985, le conseil décide de confier à l’OPHLM de Poitiers, sur un terrain communal, la construction d’un ensemble locatif et commercial « les Tamisiers », avec une agence postale.

Le 3 décembre 1986, le conseil décide la construction d’une nouvelle poste et la construction d’un logement de fonction (coût total 760.000 F) dans le cadre de l’opération des « Tamisiers » confiée à l’architecte Michel Papot.

Le 21 novembre 1987 a lieu l’inauguration officielle du projet d’urbanisation des « Tamisiers ».

Les postiers de Montamisé

Sans prétendre être exhaustif en la matière, nous vous donnons un inventaire des personnels de la Poste qu’il a été possible de retrouver :

  • 1920-1924 : Facteur-receveur Georges Blanchard (né en 1889 à Lhommaizé)
  • 1925-1939 : Facteur-receveur Félix Martin (né en 1888 à St Martin l’Ars et marié à Laurence Cubeaud)
  • 1946-1947 : Receveur des postes Camille Fouquet
  • 1948-1950 : Receveur des postes M. Audebert
  • ? -1958 : Receveur des postes Georges Nibodeau
  • 1959-1969 : Receveur des postes Robert Choisie

          

Sources : Archives communales (registres des délibérations), AD 86 dossier administration communale 601 W

           

Montamisé, le 6 février 2012
Article de Jean-François LIANDIER