Accès directs


Histoire du village du Petit Nieuil

Image associée à l'article

  

Préambule

Le village du Petit Nieuil où Nieul est lui aussi très ancien, on le cite pour la première fois vers 1200 « Domus de Niolo » dans un document de l’abbaye de l’Etoile.

Partons sur les sentiers de la mémoire pour le découvrir.

          

Description

« Le hameau du Petit Nieul s'organise autour de l'impasse du même nom. Le relief, dégagé au nord, encore boisé par endroits au sud, est légèrement vallonné. Les anciennes fermes sont disposées de part et d'autre de l'impasse, dont le manoir et son parc gardent l'entrée au sud-ouest. Une extension contemporaine s'est développée vers l'ouest, le long de la rue du Petit Nieul. » (1)

   

Toponymie   

« Nieul est l’ancien village gaulois de Novoialo, c’est à dire littéralement la nouvelle clairière.

Le terme a été crée à partir de la juxtaposition de deux mots gaulois : novio (=nouveau) + ialo (=clairière, lieu défriché ; puis village).

La ville est donc née sur un espace de forêts, défriché pour le transformer en terres cultivables.

A l’époque, les seigneurs n’hésitaient pas, en cas de surpeuplement, à envoyer des groupes de serfs dans les forêts pour y fonder de petites colonies. On nommait souvent ialo ces villages de défricheurs.

Ialo signifiait proprement en gaulois « clairière défrichée dans une forêt ».

Comme ces défrichements étaient généralement destinés à créer de nouvelles terres cultivables, le mot devint rapidement synonyme de « champ ». »(2)

 

Le Petit Nieuil au fil du temps

« La tradition orale affirme que ce hameau constitue l'implantation humaine la plus ancienne de la commune de Montamisé, son bourg originel. Au nord du hameau, dans les terrains appelés "le Champ clos" (parcelles A 40 à 43 du cadastre de 1817), des sarcophages ont été retrouvés. Au fond de l'impasse se trouvait un puits dit romain, appelé "le puits du roi Jean". Il se situait sur l'actuelle petite place publique, entre les parcelles BC 60 et 237 du cadastre actuel. Un visage humain sculpté était visible sur la paroi intérieure, à quelques dizaines de centimètres sous la margelle carrée. Ce puits a été comblé en 1974 à la suite d'affaissements.

Le "domus de Niolio" est cité pour la première fois vers 1200, puis à nouveau en 1324, en 1404, enfin, sous le nom de Petit Nieul, en 1635. En 1817, selon le cadastre, le domaine appartient à M. de Cressac, également propriétaire de la ferme située de l'autre côté de l'impasse (au numéro 1). » (1)

         

Le manoir du Petit Nieuil

« Dans la partie d'habitation prolongeant le logis vers le nord, se trouve une cheminée qui semble dater du 16e ou du 17e siècle. On observe aussi dans le pavillon d'angle des éléments d'architecture et de décoration intérieurs et extérieurs (escalier, soubassement...) pouvant dater du 18e siècle. Le domaine apparaît sur le cadastre de 1817 selon la même disposition. Il s'agissait à l'époque, selon la tradition orale, d'un domaine viticole. Seule l'extrémité nord du logis a depuis été réduite. Un passage couvert reliait l'impasse et la cour. Il a été muré et incorporé à l'habitation. Le logement situé au nord-est a été séparé de la propriété. Le parc, inexistant sur le cadastre de 1817, a été aménagé depuis. » (1)

En 1817 le propriétaire est probablement Hilaire-Gaspard de Cressac, ancien émigré, ancien conseiller au Présidial de Poitiers, ancien conseiller à la Cour royale d’appel de Poitiers, ancien conseiller général de la Vienne, né le 15-1-1759 à Poitiers, paroisse St Cybard, il est le fils de Vincent François de Cressac, conseiller du Roi, docteur en médecine et de Marthe Renaudin. Hilaire Gaspard de Cressac est décédé à Poitiers le 3-4-1832. Il était marié avec Marguerite Doffegnies. Le propriétaire suivant est Alfred Ballu avocat quant il se marie, le 3 septembre 1850 à Poitiers avec Claire Emilie Spéry, son beau-père Armand Alexandre René Spéry était conseiller à la cour d’appel de Poitiers et chevalier de la légion d’Honneur (il est décédé le 22 janvier 1849 à Poitiers), sa belle-mère présente au mariage est Cicérende Désirée Doffégnies, propriétaire. Les liens familiaux entre Alfred Ballu et Hilaire-Gaspard Cressac sont étroits, ils seront d’ailleurs inhumés dans le même caveau au cimetière de la Pierre Levée à Poitiers. Alfred Ballu sera nommé maire de Montamisé par le Préfet le 5 septembre 1852, il fera une longue « carrière » de maire, 40 ans, comme cela est rappelée sur sa tombe. (Voir sa biographie dans la rubrique histoire de notre site internet).

  

Mémoire des hommes qui ont marqué le village

Nous ne pourrons donner que quelques exemples, dans la longue liste des hommes et femmes qui par leur travail, leur courage ont construit la vie du village du Petit Nieuil.

En 1841 citons :

  • Bernier Denis, cultivateur, marié à Girard Catherine, ils auront une nombreuse descendance.
  • Taffet Antoine, cultivateur, marié à Massé Marie.
  • Petit Antoine, cultivateur, marié à Fouquet Marie, ils auront une nombreuse descendance.

       

En 1846 citons :

  • Minot Louis, propriétaire, 50 ans, marié à André Anne 53 ans.
  • Bernier Pierre, cultivateur, marié à Massé Françoise.

     

En 1856 citons :

  • Ballu Alfred, propriétaire, Maire de Montamisé, 29 ans, marié à Claire Spéry, ils ont deux enfants Henri et Hyacinthe, ils habitent le manoir du Petit Nieul.
  • Girard Jean, domestique, 31 ans, marié à Vallet Jeanne.

        

En 1861 citons :

  • On retrouve la famille Ballu avec trois domestiques.
  • On retrouve les familles Bernier Denis (vigneron) et Pierre (métayer)…
  • Petit Jean, propriétaire, 33 ans, marié à Ducleux Hortense. Il est le fils d’Antoine Petit et Marie Fouquet.

          

En 1872 citons :

  • Bernier Victor, cultivateur, 37 ans, marié à Sabourin Louise ; il est le fils de Denis Bernier et Catherine Girard.

            

En 1881 citons :

  • On retrouve la famille Ballu avec six domestiques, ainsi que les familles Bernier Victor et Pierre…
  • Ducleux Jean, cultivateur, marié à Marie Madeleine Colombe, ils ont trois enfants.
  • Petit Joseph, cultivateur, marié à Amélie Galland.
  • Montois Victor, cultivateur, marié à Pauline Rat.

          

En 1901 citons :

  • Delage Eugène, 41 ans, domestique chez Henri Ballu, marié à Busseau Eugénie (29 ans), ils ont quatre enfants.
  • Brunet Pierre, fermier, 49 ans, marié à Radegonde Pleaux, 38 ans, ils ont six enfants.

       

En 1911 citons :

  • Musard Louis, cultivateur, marié à Berthe Leporse, ils ont quatre enfants.
  • Fournier Auguste, cultivateur, marié à Marceline Jarriau.
  • Bernier Victor, cultivateur, dont l’épouse Louise Sabourin est décédée en 1906, il vit avec la famille de son fils Théophile marié à Louise Eugénie Sapin…

       

En 1926 citons :

  • Montois Lucien, cultivateur, fils de Victor et Pauline Rat, il est marié à Marie Isalie Petit.
  • Ballu Henri, propriétaire, marié à Marie du Garreau
  • Herbaud Louis Jean, cultivateur, marié à Marie Louise Delhomme, ils ont trois enfants, le quatrième Donat Georges naitra en 1931…

            

En 1936 citons :

  • Montois René, cultivateur, marié à Joyau Marguerite.
  • Giret Charles, cultivateur, marié à Léonie Bardon.

         

En 1954 citons :

  • Giret Pierre, cultivateur, marié à Alberte Guignard, ils ont deux enfants.
  • Perrotin Jules, cultivateur et son épouse Thérèse avec leurs deux enfants, Claude et Marie Thérèse…

      

Dans la période contemporaine, citons Christian Martineau, agriculteur, marié à Lydie Rat, il fut maire de Montamisé de 2001 à 2013.

Corine Sauvage, employée au service des ressources humaines à la Sorégies à Poitiers, maire de Montamisé depuis 2013.

         

Recensement et démographie du Petit Nieuil

Années

Petit Nieuil

Nb de Maisons

Petit Nieuil

Nb d’Individus

Montamisé

Population totale

1946

8

16

769 (municipale)

1936

6

14

865 (municipale)

1931

6

14

824 (municipale)

1926

7

19

880 (municipale)

1921

7

26

910 (municipale)

1911

6

25

930 (municipale)

1906

7

27

984 (municipale)

1901

11

41

987

1896

9

28

993

1891

10

41

1030

1886

9

48

1130

1881

8

34

1142

1876

8

33

1061

1872

9

28

898

1866

7

34

1002

1861

8

40

1034

1856

9

36

983

1851

8

33

977

1846

8

39

935

1841

Non indiqué

40

905

1836

Non indiqué

Non indiqué

846

        

Le Petit Nieuil écrit aussi Nieul, de son cœur historique, à aujourd’hui, une longue histoire dont les habitants  de ce petit village sont les héritiers. Ils ont à cœur de préserver cet héritage, ce vivre ensemble qui est la marque des villages heureux.

  

Sources :

  • (1) Inventaire du patrimoine de la CAP, Yannis Suire, 2006.
  • (2) « Origine des noms de villes et villages dans la Vienne » de JM Cassagne et Mariola Korsak (éditions Bordesoulles).
  • Dictionnaire topographique de la Vienne de Louis Redet.
  • AD 86 Archives en ligne : Registres paroissiaux et d'état civil et recensement de la population.
  • Site internet de Montamisé, rubrique histoire : Portrait d’Alfred Adolphe Ballu, maire de Montamisé pendant 40 ans par JF Liandier.

         

Montamisé, le 15 juin 2015

Article de Jean-François LIANDIER