Accès directs


Le cimetière de Montamisé

Sous l’Ancien Régime le cimetière appartenait à la paroisse.

Le cimetière primitif entourait l’actuelle église et lors de travaux de terrassement ou de voirie on a mis à jour plusieurs sarcophages datant du VIII ou IX siècle selon la DRAC.

Bbc903c42a90d780f23f8ecdeb977932
5548779c1d7dba32f01a50d673b24c45

Les nobles et les curés de la paroisse avaient le privilège de se faire enterrer dans l’église comme nous l’indique ces quelques extraits des registres paroissiaux :

  • Le 18 juin 1664, sépulture dans l’église d’un fils (8 jours) de Henry de Fourny, écuyer, sieur de la Roche de Bran et de Nicole Richard.
  • Le 2 avril 1714, sépulture dans l’église de messire Nicolas Granvillain, curé de la paroisse.
  • Le 22 décembre 1761, sépulture dans l’église, de messire François Taveau de Morthemer, chevalier, seigneur de « Corsecq » (50 ans).
  • Le 1er juin 1763 sépulture dans l’église, de messire François Thoreau de Rouilly, chevalier, seigneur de la Roche de Bran (65 ans).

Au sortir de la révolution et après le rétablissement des cultes, le cimetière devient propriété communale.
Pour en finir avec divers désordres et problèmes de salubrité publique, l’empereur Napoléon I,
s'appuie alors sur le Décret impérial du 23 Prairial an XII (12 juin 1804) qui réglemente la pratique et la police des inhumations. II peut être considéré comme le texte fondateur dans ce domaine.

Auparavant, en effet, aucun texte de loi n'avait pris en compte et régi l'ensemble de l'organisation interne et externe du cimetière.

Voici un extrait de ce texte de référence :

TITRE Ier

Des Sépultures et des Lieux qui leur sont consacrés.

  • Article 1er . Aucune inhumation n'aura lieu dans les églises, temples, synagogues, hôpitaux, chapelles publiques, et généralement dans aucun édifice clos et fermé où les citoyens se réunissent pour la célébration de leurs cultes, ni dans l’enceinte des villes et bourgs.
  • Article 2 . Il y aura hors de chacune de ces villes ou bourgs, à la distance de trente-cinq à quarante mètres au moins de leur enceinte, des terrains spécialement consacrés à l'inhumation des morts.
  • Article 3 . Les terrains les plus élevés et exposés au nord seront choisis de préférence; ils seront clos de murs de deux mètres au moins d'élévation: On y fera des plantations, en prenant les précautions convenables pour ne point gêner la circulation de l'air.
  • Article 4 . Chaque inhumation aura lieu dans une fosse séparée ; chaque fosse qui sera ouverte aura un mètre cinq décimètres à deux mètre de profondeur, sur huit décimètres de largeur et sera ensuite remplie de terre bien foulée.
  • Article 5 . Les fosses seront distantes les unes des autres de trois à quatre décimètres sur les côtés, et de trois à cinq décimètres à la tête et aux pieds.
  • Article 6 . Pour éviter les dangers qu'entraîne le renouvellement trop rapproché des fosses, l'ouverture des fosses pour de nouvelles sépultures n'aura lieu que de cinq années en cinq années; en conséquence, les terrains destinés à former les lieux de sépulture seront cinq fois plus étendus que l'espace nécessaire pour y déposer le nombre présumé des morts qui peuvent y être enterrés chaque année. etc.

La commune de Montamisé mettra quelque temps avant de s’y conformer, puisqu’il faut attendre une délibération du conseil municipal en date du 23 novembre 1823, le Maire de Montamisé est alors M Taveau de Morthemer : « M Guérinas offre gratuitement un terrain d’environ 3 boisselées touchant au levant au champ de foire de Montamisé, entouré au midi et au couchant des terres de M Deforge et borné au nord par le chemin qui conduit le dit bourg de Montamisé à Sarzec pour en faire un nouveau cimetière plus convenable aux sépultures que l’ancien. »

5199f4ab0eccdc59f79ef9f882ff5d65

Délibération du 23 novembre 1823 (ADV- dépôt 136)

A9d3a8304c2d328cf57b51b04ed7af48

Délibération du 18 janvier 1824 (ADV- dépôt 136)

Le 18 janvier 1824 le conseil décide que le cimetière (127m de long sur 63m de large) sera enclos au cours de cette année. Financé par un impôt extraordinaire de 1200 F payable par moitié en 2 ans à compter de 1824.

Puis avec la loi du 9 Décembre 1905 qui entérine la Séparation de l'Église et de l'État et décide la fin de l'existence des Fabriques, le cimetière appartient entièrement à la commune, qui est chargée de son administration et de son entretien.

Le cimetière communal possède aussi un caractère profondément religieux qui tient à l'ornementation des tombes. Ainsi, pendant tout le XIXème siècle, la croix de fer ou de bois, les monuments de pierre et même des chapelles funéraires se dressent au milieu du "champ des morts". Ils témoignent d'une volonté de localiser les lieux d'inhumation et donc de l'affection des familles pour les défunts.
Cependant, les croix de fer et les chapelles funéraires laissent progressivement la place, dans la seconde moitié du XXème siècle, aux caveaux funéraires familiaux.

Quelques photos du cimetière de Montamisé

On y voit bien l’évolution de l’art funéraire.

3ccac7ff4cbbf7098ddd0a7da4905969

Tombe d’Abel Hilaire Taveau de Morthemer.

51faf0b0440b9a5bc74b042d224f333d

La croix hosannière

Fe73ee93400ded032b4e352cc53591bc

Tombe de l’abbé Félix BESSON qui fut curé de Montamisé pendant 43 ans de 1897 à 1940.

6d772da8f163fd74414c51f6c2f4a01f

Tombe de l’abbé COLIN curé de Buxerolles

7f4c0dc7a448e2c8bd99002a074363ee

tombes militaires (1914-1918)

5fbce61c7082d8a268564a1a8a7e32cc

Tombe de Marie Weiter réfugiée de RITZING

Ace0ff3ee09b4224e6d50e3402618370

tombes militaires (1914-1918)

5f99d3b3edfad811fcc5f35ab7290d89

tombes militaires (1914-1918)

6e00e1b9d4de5707ee83df24b6056fa2

Chapelle funéraire de la famille Chabanne

15db5d922720e462170384e76bbc3b18

           

Le nouveau cimetière de la vallée Rang

En mars 2005, le conseil municipal envisage "l'achat d'un terrain à la Roche de Bran en vue de l'aménagement d'un nouveau cimetière". Après les formalités administratives puis les travaux d'aménagement, le nouveau cimetière paysagé, situé route de St Georges, dispose d'un colombarium, d'un espace pour les cavurnes (accueil des urnes funéraires en terre) et d'un jardin du souvenir pour la dispersion des cendres.

9d9176033f21bdd0f18673a718da8f9e

Cimetière de la Vallée Rang

         

Article et photos Jean-François Liandier