Accès directs


Le puits de la Vallée

Image associée à l'article

       

Ce puits d’usage communal alimentant en eau potable les habitants du bourg et des environs est très ancien, à partir du 19e siècle de nombreux documents en témoignent.

Le 22 juillet 1822, le Maire doit intervenir auprès du propriétaire du puits de la Vallée pour qu’il adopte une fermeture afin « d’éviter les accidents que pourrait occasionner le peu d’élévation de la margelle ».

Le 8 mai 1864, un contentieux s’ouvre entre le nouveau propriétaire de la Vallée, le sieur Louis Petit qui conteste le droit de puisage et les habitants du bourg. Ceux-ci vont adresser une pétition au conseil municipal.

Aux termes de cette pétition « Il s’agit de soutenir par tous les moyens possibles le droit des habitants du bourg et ceux de la commune toute entière, au puisage d’un puits situé dans la vallée de Montamisé, d’une importance considérable pour le bourg de la commune vu sa position topographique et la rareté de l’eau dans le pays. Le droit de puisage existe depuis un temps immémorial et n’a jamais été contesté par les propriétaires antérieurs, de nombreux faits viennent l’appuyer et le confirmer, tels que frais de réparations et de curage payés à frais communs et une délibération du conseil municipal en date du 5 juillet 1818 mentionne le vote comme dépense ordinaire d’une somme de 12 francs pour les réparations du dit puits, ce qui semble bien établir qu’il était communal. Dès cette époque, la proximité de la route, l’éloignement des habitations, tendent également à démontrer que ce puits dans l’origine a été construit pour les besoins des habitants ».

Le conseil est unanime à accueillir la pétition comme fondée dans son objet et repousse « les prétentions vraiment exorbitantes du sieur Louis Petit, nouvel acquéreur de la Vallée… et charge M. le Maire de pratiquer tous les actes conservatoires du droit de la commune et d’intenter toutes actions possessoires nécessaires conformément à l’article 55 du code municipal ».

Les habitants et la commune auront finalement gain de cause. Pour faciliter les abords du puits communal, en élargissant le sentier y menant, la commune achète, par un acte notarié des 21 et 25 novembre 1865, au sieur Louis Petit un terrain de 18 centiares au prix de 95 francs.

Le 21 août 1927, le conseil municipal décide l’achat d’un élévateur d’eau dont l’installation est confiée à Ferdinand Aubugeau, maréchal-ferrant au bourg, pour un coût de 2020 francs.

Le 5 mai 1932, le conseil municipal met à l’étude un projet d’installation d’un système d’élévation d’eau au puits de la Vallée ainsi que sur les autres puits communaux.

Enfin le 18 juin 1933 un moteur électrique est installé sur l’appareil élévatoire du puits de la Vallée pour un coût de 2000 francs.

Puis l’arrivée du réseau d’adduction d’eau potable, va rendre notre vieux puits en désuétude, jusqu’à disparaitre du paysage.

Il va renaitre le 25 mars 2006, la commune l’ayant reconstruit symboliquement avec l’aide de bénévoles. Ainsi sa mémoire est sauvegardée, symbole de la bataille de l’eau pour des générations de montamiséens.

        

Sources : Archives communales (registres des délibérations) et AD86 dossier d’administration communal 601W

        

Article de Jean-François LIANDIER

Montamisé, le 9 août 2011