Accès directs


Montamisé en 1900

1900, la « Belle Epoque » selon l’expression consacrée qui marque les années avant la première guerre mondiale, au tournant du siècle, années d’effervescence artistique, intellectuelle et scientifique. Mais « Belle Epoque » sans doute pas pour tout le monde…

Montamisé est bien loin du microcosme parisien, c’est une petite commune rurale de 987 habitants (population municipale selon le recensement officiel de 1901), dans le canton de St Georges.

La Mairie

Le conseil municipal est composé de :

  • Maire : Ballu de Passay Alfred
  • Adjoint : Guérin Jean Jules
  • Conseillers : de Morthemer Adrien, André Jean, Soreau André, Guyonnet Auguste, Guillon Léon, Messy Alexandre, Guyonnet Victor, Martin Pierre, Orillard Amédée, Pivardière Arthur.

Le secrétaire de mairie est M. Bouchaud.

L’ancienne mairie se trouvait près de l’école de garçons ; aujourd’hui l’ensemble situé place San Sébastiano da Po est occupé par des logements.

Les écoles

L’instituteur public Albert Farcy a pour adjointe son épouse Irma-Maxime Farcy née Gentis, il sera instituteur pendant 23 ans à Montamisé, décédera le 20 février 1910, sa tombe se trouve au cimetière de la commune.

L’école publique de filles se trouve dans l’actuelle mairie, le 24 juin 1890 la municipalité achète la maison du menuisier Jean Victor Dantin située place du champ de foire, pour en faire l’école de filles. En 1900 l’institutrice est Mme MarieTexier.

On trouve également deux écoles privées : une école de garçons située rue de la Tonnelle dont l’instituteur est René-Clément Tougeron (cette maison a été acheté en 1886 par le duc des Cars, pour en faire une école privée de garçons).

Une école congréganiste de filles située à la Jourie dont la directrice est sœur sainte Irénée (Marie Louise Bénigni). La métairie de la Jourie fut acquise en 1832 par le duc Amédée des Cars pour y fonder une communauté de religieuses.

En 1837 un nouveau bâtiment est construit pour servir de classe, cette école privée, pour les filles et les garçons jusqu’à sept ans, est confiée aux sœurs de la congrégation de St Joseph de Lyon.

Le curé de la paroisse de Montamisé est Félix Besson, curé pendant 43 ans (de 1897 à 1940), sa sépulture se trouve au cimetière communal.

Les acteurs économiques

Montamisé dispose d’une sage-femme, Mme veuve Louis Jules Deschamps, née Alexandrine Laverré.

Nous avons également un receveur buraliste : Jean Delavault, un garde-champêtre et afficheur municipal : Joseph Guillon.

Les commerçants et artisans sont nombreux en ce début de siècle, citons en quelques uns :

  • Boulanger : André Guibert (marié à Louise Chabanne), patron de la boulangerie coopérative.
  • Menuisiers : Martin Louis (marié à Dantin Marie Baptistine), Abonneau Alexandre
  • Charrons : Choisie Charles Urbain (marié à Marceline Rivière), père de Charles Choisie (futur maire de Montamisé), Ribreau Alexandre et son fils Louis
  • Maréchal-ferrant : Gentis Adrien et Aubugeau Ferdinand
  • Bouchers : Girault Célestin et Eugène
  • Cordonnier : Briand Henri Antoine (marié à Célestine Anna Messy)
  • Maçon : Sauvant Auguste (maire de Montamisé de 1944 à 1947), Pinaud Ferdinand à Tron
  • Tailleur de pierres : Texier Gustave (marié à Aimée Sapin)
  • Tuiliers : Duverger Louis et Eugène à Charassé
  • Cantonniers : Laprairie Louis, Brimaud Célestin, Pineau Delphin
  • Cafetiers : Bouchaud jeune, Gentil, Rat Octave à Charassé (marié à Joyeux Marie Eugénie)

Sur les villages de Tron et Charassé les métiers du bois sont bien représentés :

Chevrier Joseph (marchand de bois), Audinet Louis (bûcheron), Michaud Henri (scieur de long), Pivardière Arthur (marchand de bois), Richard Alexis (scieur de long), Bernier Théodore (fabricant de caisses) et ses fils Alcide et Charles, Thomas Eugène (menuisier), Richard Auguste (scieur de long).
Sur le village d’Ensoulesse (écrit avec un A à cette époque) on trouve de nombreux carriers, notamment dans la famille de Pierre Laurendeau : ses fils Louis Augustin, Louis Ernest et Hilaire (avec son fils Xavier).

L’agriculture à Montamisé

La vie agricole est très riche, Montamisé est une commune rurale, les agriculteurs y sont nombreux, nous avons trois foires et marchés : le 1°mardi de février, le 5 avril et le 21 mai.

En 1925, on dénombre 110 petits agriculteurs, « dès 1977 il ne subsiste que 31 exploitations agricoles de 55 ha en moyenne chacune ; on en dénombre plus que 17 en 2000 ».

Nous en citerons quelques uns par village pour les années 1900-1901 :

  • Le Bourg : Guérin Hilaire (cultivateur-exploitant, marié à Bousquet Angélina), Thomas Jean (cultivateur-exploitant) avec ses fils Henri et Victor, Messy Adolphe (cultivateur-fermier), Giraud Hilaire (cultivateur-exploitant, marié à Bréchet Marie), Guérin Jean Jules (hongreur, métier ancien qui consistait à castrer les chevaux, cochons ou veaux)…
  • Tron : Vaudeleau Pierre (cultivateur-exploitant, marié à Joubert Elisa), Ricateau Louis (cultivateur-exploitant, marié à Moreau Marie), Martin Georges (cultivateur-exploitant, marié à Roy Léontine), Neveu Victor (cultivateur-exploitant, marié à Michaud Marie)…
  • Charassé : Laverré Victor (fermier, marié à Bodin Léontine), Girault Jean (fermier, marié à Girault Victorine), Roy Auguste (propriétaire-exploitant, marié à Montois Louise)…
  • Ansoulesse : Lacroix Louis (cultivateur-exploitant, marié à Balin Madeleine), Lochon François (cultivateur-exploitant, marié à Guignard Noémie), Guignard Désiré (cultivateur-exploitant et carrier, marié à Laverré Marie), Pain Auguste (cultivateur-exploitant, marié à Penot Victorine), Guignard Auguste (cultivateur-exploitant, marié à Laverré Messy Eugénie)…
  • La Germonière : Rat Jean Léon (cultivateur-exploitant, marié à Martin Marie), Lacroix Alexandre (cultivateur-exploitant, marié à Rat Angélique), Fournier François (cultivateur-exploitant, marié à Chauveau Hortense), Bernard Jean (cultivateur-exploitant, marié à Bozier Marie)…
  • Petit-Nieuil : André Jacques (cultivateur-exploitant, marié à Gentilhomme Marie), Martin Victor Denis (fermier, marié à Martin Rose), Brunet Pierre (fermier, marié à Pleaux Radegonde), Bernier Victor (cultivateur-exploitant, marié à Sabourin Louise), Bernier Jean Théophile (cultivateur-exploitant, marié à Sapin Eugénie)…
  • Mortier : Thomas Henri (cultivateur-exploitant, marié à Bourguignon Clémence), Laverré Louis (cultivateur-exploitant, marié à Messy Amélie), Messy Alexandre (cultivateur-exploitant, marié à Laverré Clémentine)…
  • Sarzec : Chabanne Louis (cultivateur-exploitant, marié à Dion Célestine), Bernard Louis (cultivateur-exploitant, marié à Dubois Marie), Denis Pierre (cultivateur-exploitant, marié à Bernard Augustine), Baufreton Louis (cultivateur-exploitant, marié à Duvivier Jeanne)…
  • La Richardière : André Jean (cultivateur-exploitant, marié à Dubreuil Céline), André Eugène (cultivateur-exploitant, marié à Dubois Clémentine), Collin Pierre (cultivateur-exploitant, marié à Sapin Léonie)…
  • Roche de Bran : Robin Eugène (Régisseur, marié à Gasse Marguerite), Chauvet Célestin (fermier, marié à Mimault Augustine)…
  • Fontaine : Pain Charles (fermier, marié à Charles Antoinette), Dubois Hilaire (cultivateur-exploitant, marié à Bréchet Rose Félicité)…

Le patrimoine architectural

Sur le territoire de la commune on trouve trois châteaux dont les propriétaires sont :

  • La Roche de Bran : le comte Henri de Murard de St Romain marié à Justine Marie-Antoinette de Pérusse des Cars
  • Corsec : le baron Jacques Adrien de Morthemer
  • Sarzec : Gustave Ernest Chocquin de Sarzec

Conclusion

Ce panorama de la vie rurale à Montamisé au début du 20e siècle, nous montre l’évolution des modes de vies.

La mobilité, l’accès aux nouvelles technologies, l’accueil de populations urbaines, du à la proximité de Poitiers, ont transformé profondément notre campagne, d’un point de vue démographique, sociologique, économique, et environnemental. Ce dernier point concentre des enjeux primordiaux de gestion foncière, de conflits d’usage, de préservation de la biodiversité…

Le défi pour les années à venir est de faire en sorte que Montamisé reste une « ville à la campagne ».

Sources :

  • Archives départementales de la Vienne :
    • Annuaires de la Vienne 1900-1901 série 79-J3
    • Recensement de la population 1901 cote 8 M 3/192
  • Yannis Suire, Inventaire du patrimoine de la CAP, Service régional de l’inventaire, 2006.

        

F94e5de8ec3eba768f0a6cc04642a77a

L'église et la place

0df88ac95c0573d8a6dde49f21a5940f

Atelier d'Adrien Gentis

Photo 1 : carte postale de la collection de JF. Liandier

Photo 2 : atelier d'Adrien Gentis, maréchal-ferrant : réparation de machines agricoles, de serrurerie et de maréchalerie - aujourd'hui, l'Auberge Ste Quitère (mes remerciements à Christine Choisie pour cette photo)

        

Montamisé, le 30 mai 2011
Article de Jean-François LIANDIER