Accès directs


Hommage à Noel Aiglemont

        

Préambule

Sur le monument aux morts de notre commune, pour la guerre d’Algérie, figure le nom de Noel Aiglemont, jeune soldat tué en 1961 à l’âge de 20 ans. C’est un hommage que nous voulons lui rendre ainsi qu’à tous les combattants morts pour la France en Afrique du Nord, à toutes les victimes civiles, aux disparus, aux tragédies familiales que cela a engendrées.

  

Sa situation familiale

Noel, René, Auguste Aiglemont est né le 19 mai 1941 à Fontenay sur Grève (Sarthe), fils de Noel, René, Fernand Aiglemont (1915-1999) et de Madeleine, Augustine Dalivous. Il est l’aîné d’une nombreuse fratrie. La famille Aiglemont, originaire de la Sarthe, viendra s’installer au village de Charassé, commune de Montamisé où le père est ouvrier agricole.

  

Sa situation militaire

Après avoir participé aux opérations de sélection au Centre de Limoges du 15 au 17 janvier 1961, il va être appelé à l’activité et affecté le 4 mars 1961 au Centre d’Instruction du 18e BCP. Le 18e BCP basé à Tours, caserne Baraguey d'Hilliers, fut l'un des quatre centres d'instruction de l'infanterie réservés aux appelés en provenance du Sud-Ouest durant la guerre en Algérie, les trois autres étant le 57e RI à Bordeaux, le 1er RIMA à Angoulême et le 126e RI de Brive. Sa période d’instruction de quatre mois terminés, il va partir pour l’Algérie.

Il embarque à Marseille le 10 juillet 1961, arrive à Philippeville le 11 juillet 1961, il est affecté comme soldat de 2ième classe à la Compagnie de Commandement du secteur d’ARRIS. Il exerce la fonction de mitrailleur sur engin blindé et depuis le 12 juillet 1961 participe à toutes les opérations du quartier d’ARRIS et à des accompagnements de convois en zone d’insécurité.

Il sera grièvement blessé à son poste de combat le 25 novembre 1961, par explosion de mine, à EL HADJEJ (secteur d’ARRIS AURES). Hospitalisé à Batna le 25 -11-1961, il est transféré le 28-11-1961 à l’hôpital militaire Maillot d’Alger où il décèdera de ses blessures le 4 décembre 1961.

Par décision n°695 du 5 février 1962 du Ministre des Armées, il est déclaré « Mort pour la France ».

Il sera inhumé au cimetière de Montamisé. Son nom figure sur le monument aux morts de notre commune et sur le mémorial départemental « Aux enfants de la Vienne morts en AFN » à Poitiers, parc de la Roseraie.

Noel Aiglemont sera décoré, à titre posthume, de la Médaille Militaire par décret du 11 avril 1962, pour prendre rang au 29-11-1961, signé Charles De Gaulle.

Cette concession comporte l’attribution de la Croix de la Valeur Militaire avec palme.

Il est également titulaire de la Médaille Commémorative des Opérations de Sécurité et de Maintien de l’Ordre avec agrafe « Algérie ».

  

Lors de l’inauguration du Mémorial national de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie (5-12-2002) Jacques Chirac disait :

« Quand le bruit des armes s’est tu depuis longtemps, quand les plaies se sont lentement refermées, non sans laisser de profondes cicatrices, alors, vient le temps de la mémoire et de la reconnaissance… Près d’un million et demi d’appelés et de rappelés ont participé à la guerre d’Algérie. Ils formaient l’essentiel des effectifs. Ces hommes, jeunes, grandis à l’ombre de la Deuxième Guerre mondiale dont ils avaient enduré les souffrances et les privations, ont, à l’orée de leur vie adulte, connu l’épreuve d’une autre guerre.
Leur existence en a été marquée pour toujours
… ».

  

Notes :

Le 117ième RI :

Le site internet « le 117ième RI en Algérie » donne une liste (incomplète) des « Morts pour la France » de ce régiment, dans laquelle figure Aiglemont Noel, avec des erreurs sur ses lieux de naissance et décès. Or le dossier militaire de Noel Aiglemont, au Centre des Archives des Personnels Militaires de Pau ne fait pas mention de ce régiment, mais seulement de son affectation à la Compagnie de Commandement du secteur d’ARRIS. Alors cette compagnie faisait elle partit du 117e RI ? d’un autre régiment ? d’un autre bataillon ? ou est-ce une erreur ?

De 1956 à 1962, le 117ème RI aura 134 officiers, sous-officiers et soldats tombés au service de la France.

Le bilan officiel des pertes françaises s’élève à 24614 militaires décédés (JO des 4 et 7 août 1986), en outre, on compte 65 000 blessés militaires.

La Compagnie de Commandement du Secteur d’ARRIS : Arris est une commune de la wilaya de Batna en Algérie, au cœur du massif de l’Aurès.

Le secteur d’ARRIS dépendait du corps d’armée de Constantine-zone sud constantinois-21e division d’infanterie (PC à Batna).

Dans l’inventaire des archives de la CCS d’Arris que m’a fourni le CAPM de Pau, on trouve l’historique suivant :

01.07.1954 : Création en 9 R.M du Groupe Mobile 314 qui comprend :

Une C.C.S

Le 2/4° R.A

Le 4° B.C.P

Le 10° B.C.P

Le 17° B.C.P

 La C.C.S est rattachée provisoirement au 17° B.C.P. Dès sa formation la C.C.S du G.M 314 fait mouvement sur l’Algérie et stationne sur la frontière Algéro-Tunisienne 14° D.I. 

01.07.1956 : La C.C.S du G.M 314 devient Unité Formant Corps. Elle devient C.C.S de la 2° Demi-Brigade de Chasseurs à El-Milia – 14° D.I. 

Début 1958 : Elle stationne à Arris – 21° D.I. 

01.04.1959 : La C.C.S de la 2° Demi-Brigade de Chasseurs devient C.C.S Arris – 21° D.I. 

01.08.1962 : Dissolution de la C.C.S d’Arris.

  

L’hôpital militaire Maillot d’Alger : « C’est l’ancien palais d’été du dey Hassan Pacha. En 1917, l’hôpital du dey est rebaptisé François Clément Maillot, du nom du médecin qui codifia l’usage de la quinine contre le paludisme en 1834.   C'est le plus ancien des établissements hospitaliers d'Afrique du nord. Après l'indépendance, il continue à être l'hôpital militaire d'instruction des armées.

En 1988, l'hôpital est cédé aux services du Ministère de la Santé. Plus récemment, il est rebaptisé du nom du chahid Lamine Debaghine.

En date du 2 Février 1988 et par le décret N°88-20 ; le Centre Hospitalo-universitaire Bab El Oued fut créé. » (Source : site du CHU Bab El Oued).

  

Le mémorial départemental « Aux enfants de la Vienne morts en AFN »

Situé à Poitiers dans le parc de la Roseraie, sur la stèle figure les noms de 156 « Enfants de la Vienne Morts pour la France » de 1952 à 1962. Trois blocs de pierre de Brétigny représentent les trois pays : Maroc, Algérie, Tunisie. La symbolique de l’œuvre reste à l’imagination de chacun…Sur un pupitre, il est indiqué : « Nous qui avons eu la chance de revenir vivants du conflit, nous laissons ce lieu de recueillement aux générations futures en souhaitant que le monde libre vive dans une paix juste et fraternelle et dans le respect du droit international… ».

  

39872f4828ea92ddad91bb9aea0c4dff

Tombe de Noel Aiglemont

C827b2e246420ecc6ae64c1269077f3c

Mémorial AFN Poitiers la Roseraie

Fdb11d828404eed8fed43017d98b1613

Liste des morts sur le Mémorial

          

Sources :

  • Le 117ième RI en Algérie (site internet officieux d’anciens du 117ième RI)
  • SHD-CAPM de Pau, Extrait des Services (Recrutement de Poitiers, Matricule 61 860 00042)
  • JO du 18 avril 1962, Décret du 11-4-1962 portant concession de la Médaille Militaire
  • AD 86 archives en ligne
  • AD 72 archives en ligne
  • Mairie de Montamisé, acte de décès n°13 d’Aiglemont Noel, transcription
  • Mairie de Chantenay-Villedieu, acte de naissance n°5 du 24-12-1915 d’Aiglemont Noel, René, Fernand (décédé le 7-1-1999 à Parthenay)
  • Mairie de Fontenay sur Vègre, acte de naissance n°1 du 19-5-1941 d’Aiglemont Noel, René, Auguste
  •  Photos JF Liandier
  • Mes remerciements à Mme Evelyne Castano du CAPM de Pau pour les renseignements fournis.

  

  

Montamisé, le 29 novembre 2018

Article de Jean-François LIANDIER